Page 22 - FNRSNEWS 112
P. 22
TELEVIE Un grand pas vers la prévention des métastases En trois ans, le Pr Pierre Sonveaux, Maître de recherches F.R.S-FNRS et son équipe de l’Institut de Recherche Expérimentale et Clinique (IREC) de l’UCL, ont identif é deux molécules capables, chez la souris, d’empêcher l’apparition de métastases. Une révolution dans le domaine. Le cancer est une maladie évolutive qui Les progéniteurs L’altération des requiert des adaptations métaboliques. Sur métastatiques à l’étude mitochondries la base de ce constat, le Pr Pierre Sonveaux, L’objet de leurs recherches est inf me. Il Ces différentes comparaisons ont mené et son équipe ont décidé d’analyser les dif- s’agit des cellules progénitrices métasta- l’équipe à une première découverte : les Pr Pierre Sonveaux, UCL férentes étapes qui caractérisent l’évolution tiques qui représentent seulement 0,001% mitochondries, ces centrales énergétiques d’un cancer sous contrôle métabolique. Ob- des cellules tumorales circulantes. Une de la cellule, se comportent bizarrement jectif : se mettre en quête d’un traitement qui rareté peu étonnante lorsqu’on sait que, et ont une morphologie et une taille aber- empêcherait la généralisation d’un cancer. pour générer des métastases, ces cellules rantes dans les progéniteurs métastatiques. progénitrices métastatiques doivent néces- Plus précisément, le cycle de Krebs, une « Ce traitement Métabolisme et métastases sairement comporter sept caractéristiques voie métabolique ayant lieu au niveau de viserait à « Nous avons d’abord étudié différents (phénotypes) : elles doivent être capables la mitochondrie, fonctionne à une vitesse types de relations métaboliques qu’éta- de survivre à l’anoikis (mort cellulaire qui retarder blissent les cellules cancéreuses entre résulte du détachement des cellules), de trop élevée. Résultat : la production d’élec- trons est trop importante. Les électrons en l’apparition de elles et avec les cellules de l’hôte », ex- migrer de façon dirigée vers le sang, d’en- excès fuient hors de la chaîne respiratoire, plique le Pr Sonveaux. « C’est seulement vahir la matrice extracellulaire, d’effectuer métastases, ensuite que nous avons étudié le lien entre la diapédèse (déformation cellulaire pour réagissent avec l’oxygène et fournissent du superoxyde. Quand cet agent est produit laissant plus métabolisme et métastases. » A ce stade, traverser des petits vaisseaux sanguins), de en grande quantité, il peut tuer les cellules. de temps aux l’équipe découvre un terrain d’étude parti- survivre aux attaques de l’immunité dans Quand il est produit en quantité inférieure, culièrement intéressant. le sang, de s’arrêter dans un organe dis- oncologues de tant et de posséder des caractéristiques de il active des voies de signalisation favori- sant la survie cellulaire et les métastases. venir à bout cellules-souches cancéreuses. Si l’une de ces caractéristiques n’est pas respectée, de la tumeur les cellules tumorales, bien que parfois Produire du superoxyde primaire. » circulantes, ne génèrent pas de métastase. L’équipe de chercheurs a alors étudié le superoxyde mitochondrial. Ils ont créé des Leur nombre est cependant un facteur de goulots d’étranglement dans la chaîne pronostic de métastase. respiratoire. Les électrons ne pouvant plus Induire les métastases passer, fuient et réagissent avec l’oxygène, « Le premier challenge à relever fut la produisant ainsi du superoxyde. Grâce à constitution d’un matériel suff sant. Diff cile cette stratégie, le Pr Sonveaux a prouvé avec des événements si rares », détaille le qu’une production accrue de superoxyde est suff sante pour induire tous les traits LE PHÉNOMÈNE DES LE PHÉNOMÈNE DES Pr Sonveaux, « Il a donc fallu utiliser une métastatiques d’une cellule tumorale. NICHES PRÉ-MÉTASTATIQUES stratégie contre-intuitive, c’est-à-dire induire NICHES PRÉ-MÉTASTATIQUES des métastases. » En pratique, l’équipe a Aujourd’hui, les métastases sont responsables de 90% des décès par sélectionné in vitro une première série de Deux molécules en trois ans cancers. L’essaimage de cellules cancéreuses à distance de la tumeur cellules tumorales humaines (SIHA) qui se Pour prévenir les métastases, la solution initiale représente donc une cause importante d’échec thérapeutique. sont avérées être super-invasives. Ensuite, serait d’inactiver ce superoxyde. Après de A ce jour, en fonction du type de cancer, les scientif ques peuvent les chercheurs ont implanté les cellules nombreux tests in vitro et in vivo, en 2014, anticiper dans quel(s) organes(s) les métastases vont préférentielle- d’un mélanome (B16F10) sous la peau le Pr Sonveaux et son équipe identif ent ment s’établir, mais ils ne peuvent pas encore expliquer pourquoi. La d’une souris, créant des métastases pulmo- une première molécule : MitoQ. « Cette mo- principale théorie est celle des niches pré-métastatiques. La tumeur naires peu nombreuses qu’ils ont ensuite lécule était déjà connue pour empêcher primaire, avant d’envoyer les cellules métastatiques à la conquête mises en culture et réinjectées sous la peau la mort des cellules par apoptose dans la de l’organisme, prépare les endroits où les cellules vont s’établir en d’une autre souris. Après plusieurs cycles maladie de Parkinson et l’hépatite C. Elle envoyant dans la circulation différents types de facteurs, y compris de sélection, ces cellules étaient devenues a déjà passé avec succès les premières des vésicules, les exosomes, qui contiennent de l’ADN ou de l’ARN. super-métastatiques. Grâce à ce matériel, le phases d’études cliniques dans ces types Ces facteurs inf uencent les cellules de l’hôte à distance, créant une Pr Sonveaux et son équipe ont pu comparer de maladies », souligne le Pr Sonveaux. matrice provisionnelle capable d’accueillir les cellules tumorales qui les SIHA super-invasives avec les SIHA sau- Peu de temps après, le Dr Paul Niebes, arrivent. Dans cet organe hôte, les cellules non cancéreuses changent vages, ainsi que les cellules B16F10 super- qui avait découvert les propriétés de la de comportement, annonçant que le cancer va y métastaser. métastatiques avec les cellules de départ, et catéchine, met à disposition de l’UCL une ils ont pu identif er le plus petit dénomina- autre molécule, la catéchine:lysine 1:2, qui teur commun entre ces deux modèles. s’avère également eff cace.
   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27