Page 26 - FNRSNEWS 112
P. 26
TELEVIE Virus à l’origine de leucémie : le modèle animal à la rescousse Vétérinaire de formation, Anne Van den Broeke, fait partie du labo- Chez l’Homme et l’animal la Docteure Anne Van ratoire d’Hématologie expérimentale de Mais pourquoi donc passer de la médecine l’Institut Bordet (ULB) et groupe de Géno- vétérinaire à la médecine humaine ? « Alors den Broeke collabore à mique Animale au GIGA (ULiège). Elle s’in- que je me posais la question de savoir si des recherches sur une téresse à une forme de leucémie humaine j’allais me diriger vers la recherche, j’ai as- provoquée par un rétrovirus, le HTLV-1 sisté à une conférence du Pr Arsène Burny forme de leucémie chez (Human T-cell Leukemia Virus) : « Comme portant sur un rétrovirus qui infecte les bo- tous les rétrovirus, HTLV-1 s’intègre dans le vins, causant des leucémies fatales : le virus l’Homme. Pas logique? génome de la cellule hôte, dans ce cas- de la leucémie bovine (BLV), très proche du Et pourtant, si… Car des ci le génome humain. Toutefois, il a pour HTLV-1. Il y démontrait que le processus similitudes existent entre la particularité de le faire à des endroits bien était très similaire à ce à qu’on observe spécif ques (ou non aléatoires) et d’y pro- chez l’être humain. J’étais surtout intriguée maladie chez l’Homme et voquer des perturbations dans les gènes par ses observations dans un modèle expé- en amont, contribuant ainsi au développe- chez l’animal. ment de la leucémie. » rimental chez le mouton ; en effet, celui-ci contracte le virus, mais chez lui, le dévelop- Au niveau de la répartition mondiale, la pement de la leucémie est systématique proportion de porteurs de ce virus varie après infection, dans un laps de temps de en fonction des régions géographiques. seulement 2 ans en moyenne. Cet animal Pr Anne Van den Broeke, Alors que dans nos pays, cette proportion peut donc être suivi beaucoup plus facile- ULB/ULiège est faible, elle est nettement plus impor- ment au f l des années, d’avant l’infection tante ailleurs notamment au Japon, en jusqu’à la phase tumorale, en passant par L’objectif de cette recherche consiste à com- Amérique Latine ou, plus près de nous, en tous les stades intermédiaires. » Suite à ce prendre comment une cellule saine devient Roumanie. Heureusement, ce virus ne pro- contact, le Pr Burny a proposé à la Docteure anarchique, incontrôlable par le système im- voque de leucémie « que » chez 5% des Van den Broeke de travailler avec lui, vu son munitaire ; quels sont les mécanismes déjà personnes infectées. expérience dans le domaine vétérinaire. en action avant que la maladie ne devienne symptomatique et où le virus va se loger au niveau des gènes pour dérégler le fonction- nement cellulaire normal. Séquençage à haut débit, une révolution « Grâce au séquençage à haut débit, nous avons pu identif er les gènes visés par le rétrovirus (en allant séquencer l’ADN ou le « génome ») et comment ces gènes sont perturbés (en allant séquencer l’ARN ou le « transcriptome »). Nous avons vu que le virus va se loger à des endroits bien par- ticuliers du génome, à savoir à proximité de gènes liés au cancer appelés ‘cancer drivers’. S’y produisent alors des fusions entre le virus et le gène – des chimères – qui vont modif er ce dernier… Nous avons ainsi pu démontrer que si l’hôte est en effet déterminant, les gènes choisis par les virus le sont tout autant. » Ce séquençage à haut débit a été décisif dans la compréhension du comporte- ment du virus chez l’Homme, mais aussi dans la comparaison avec l’animal. Les
   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31