Page 27 - FNRSNEWS 111
P. 27
25 FNRS_news // Décembre ‘17 Pr Jean-Louis Deneubourg, ULB « L’équipe internationale de chercheurs a imaginé trois types de robots : des « aMussels » (moules mais les robots étaient peu nombreux et trie et le réchauffement climatique. C’est La tâche collective de ces différents artifcielles), l’expérience était limitée à une piscine ! » donc un environnement très complexe robots est d’analyser l’état de la lagune qui nécessite d’être observé et dont l’ac- vénitienne. Ils sont donc porteurs de « aFish » C’est alors que l’Union Européenne lance cès est relativement aisé, contrairement divers capteurs  : température, pres- le projet subCULTron (submarine cultures (poissons) perform long-term robotic exploration of au grand large. sion, turbidité (mesure des particules et « aPads » unconventional environmental niches) L’équipe internationale de chercheurs dans l’eau), lumière ambiante, images, champs électriques, oxygène. A la fn (nénuphars), afn d’établir de nouvelles normes de (constituée de sept partenaires et menée du programme, en 2019, ce sont ainsi par l’université de Graz en Autriche) a surveillance des environnements sous- chacun ayant marins et la lagune de Venise est retenue imaginé trois types de robots  : des 120 moules, 25 poissons et 5 nénu- phars qui devraient hanter les eaux de un rôle précis. » comme lieu d’expérimentation. Un choix «  aMussels  » (moules artifcielles), la lagune. qui s’impose car elle est menacée à la « aFish » (poissons) et « aPads » (nénu- fois par le tourisme de masse, l’indus- phars), chacun ayant un rôle précis.
   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32