Page 27 - FNRSNEWS 112
P. 27
25 FNRS_news // Mars ‘18 « La recherche fondamentale, c’est ouvrir toutes les portes pour les refermer les unes après les autres et trouver ainsi le bon chemin. » de savoir si le changement de bénin à n’y a pas de transmission de l’animal à malin s’est produit suite à un événement l’Homme, ni par le contact avec l’animal unique et de manière abrupte, ou par ni par la consommation de sa viande ou l’accumulation d’une série de petits évé- de son lait. nements. » Importance de la Connaître le rétrovirus recherche fondamentale chercheurs ont en effet pu séquencer avec l’équipe belge. « Des prélèvements Le rétrovirus n’a pas encore révélé ses La Docteure Anne Van den Broeke insiste : l’entièreté de leurs matériels génétiques sont réalisés à intervalles réguliers tout au secrets. Pourquoi la contamination est- si à long terme ses recherches visent à respectifs. En effet, cette technique révo- long de l’évolution de l’infection, chaque elle endémique dans certaines régions obtenir des résultats cliniques, ceux-ci ne lutionnaire permet de séquencer très mois, voire chaque semaine dans certains du monde  ? Certaines personnes sont- sont possibles que grâce à la recherche rapidement l’ensemble du génome – et du cas. Nous détectons les sites d’intégration elles particulièrement prédisposées à le fondamentale : « Je ne suis pas sûre que transcriptome – sans a priori. « Auparavant, des différents clones infectés par le rétrovi- contracter ou à développer la leucémie ? l’importance de la recherche fondamen- l’on recherchait une mutation sur un gène rus et leur abondance. Parmi eux, un seul « Par contre, des chercheurs français de tale soit déjà bien intégrée dans l’esprit des déterminé ; aujourd’hui, nous pouvons provoquera le développement de la leucé- l’Institut Pasteur ont des indications selon gens. Pourtant, c’est souvent grâce à elle nous permettre de balayer large et de mie agressive. Lorsque le site spécifque lesquelles il aurait été transmis par le que l’on progresse en recherche clinique découvrir l’implication de gènes auxquels du clone leucémique est déterminé, nous singe, mais sans que l’on en soit encore et que des développements en matière de on ne s’attendait pas… Nous avons dès pouvons suivre le développement des cel- certain. On sait cependant comment il traitement peuvent être envisagés. Il est lors pu constater qu’il existait des points lules cancéreuses. Mais surtout, grâce à la entre dans l’organisme : soit par voie évident que la recherche fondamentale communs inattendus entre les animaux et banque de matériel biologique constituée sanguine ou relations sexuelles, soit de la avance pas à pas, avec des échecs régu- les humains, et ce fut une réelle surprise », avec les prélèvements réalisés antérieu- mère à l’enfant via l’allaitement. Au Japon, liers, mais aussi des réussites essentielles. poursuit la chercheuse. C’est par une col- rement, nous pouvons aller observer de on préconise d’ailleurs aux femmes de Car la recherche tire des leçons des pistes laboration étroite entre l’Institut Bordet et façon rétrospective les phases de son évo- ne pas allaiter, sinon de le faire le moins qui ne sont pas les bonnes : la recherche l’unité de génomique animale du GIGA de lution au fl des mois. » longtemps possible, car plus l’allaitement fondamentale, c’est ouvrir toutes les portes l’ULiège dirigée par le Pr Michel Georges est long, plus le risque de développer une pour les refermer les unes après les autres que cette technique a été mise en œuvre En effet, lorsque la cellule leucémique est leucémie augmente… » et trouver ainsi le bon chemin », conclut dans le cadre d’un projet interuniversitaire repérée, elle est « taguée » par le virus : sa Anne Van den Broeke. (ULiège/ULB Institut Bordet). position précise dans le génome constitue En Belgique, les personnes infectées par Heureusement, cette recherche fonda- dès lors sa carte d’identité unique. « Nous HTLV-1 ne sont pas nombreuses. « Par mentale continue de recevoir du soutien. Suivre l’évolution pas à envisageons d’appliquer des technolo- contre, le virus BLV, qui touche naturelle- La chercheuse a reçu, pour ce travail, du pas gies de séquençage de cellule unique : ment les bovins, était bien présent mais fnancement du F.R.S-FNRS, du Télévie et La recherche menée initialement par le ces techniques permettent d’obtenir des il a pratiquement disparu de nos contrées des Amis de l’Institut Bordet. Pr Burny, et poursuivie par le Dr Van den informations sur les cellules faisant partie suite à une campagne d’éradication sys- Broeke aujourd’hui, porte donc en partie du clone repéré, d’observer les phases par tématique des animaux infectés. Ce qui Carine Maillard sur un modèle expérimental d’infection par lesquelles il est passé entre le moment où n’a pas été fait au Canada ou aux États- le virus BLV chez le mouton. Ceux-ci sont il était inoffensif et celui où il est devenu Unis, dans des pays où l’élevage intensif suivis dans un centre de recherche vété- cancéreux. L’objectif est non seulement est la règle, car cela aurait entraîné trop rinaire au Canada, en étroite collaboration d’observer l’évolution tumorale, mais aussi de pertes. » Précisons par ailleurs qu’il
   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32